Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bourgeoise-Bohême.over-blog.com

Sans liberté de créer et de blâmer, il n'est guère d'Eloge flatteur.Ce blog héberge les textes et photos vintage de Bourgeoise Bohême Creative common License:Le contenu de ce blog n'est pas libre de droit. Il est possible de le partager à condition d'en citer sa source. Pour toutes questions supplémentaires concernant son utilisation merci de me contacter par mail: agnesGlapeste@yahoo.fr ou sur twitter @BourgeBoheme ou sur #OccupyLaPlage

EDITO: "À la Sorbonne" #fable

Publié le 26 Septembre 2017 in Edito, jeunes, Sorbonne, monarque, histoire

EDITO: "À la Sorbonne" #fable

Sans un sourire ils ont tiré et ont volé en éclat des années de labeur dans des larmes de sang et un fracas jupitérien.

Tandis que le Monarque juvénile lisait des pages dans un calme olympien devant une Assemblée opportuniste et cacochyme,

de jeunes gueux insolents agonisaient bruyamment aux pieds d'une pile de manuscrits dans la grande bibliothèque attenante...Leurs sourires sanguinolents montraient leurs dents carriées et les épis gras de leurs cheveux les rendaient encore plus laids.

Leur pauvreté rebutait le Monarque juvénile qui dans la lumière déclinante du grand Amphithéâtre de la Sorbonne, jouait sa plus belle pièce de théâtre sans discontinuer, ni sourciller, le visage lisse et la mèche coiffée à la façon d'un jeune communiant, le regard vide des narcissiques devant une flaque d'eau putride.

Son public sénil et vassalisé l'applaudissait dans l'ignorance du sort réservé à ses jeunes opposants qui dehors attendaient nassés dans un fracas de jets de pierre et de balles caoutchoutées, asphixiés par des gaz odoriférants.La rue grondait mais la Monarchie s'en fichait.

Octobre approchait glacial et l'épuisement gagnait les troupes dans cette lutte sans merci entre ces jeunes intrépides et ces classes décadentes et avides qui agitaient leur marionnette monarchique sur des estrades officielles.

Céder jamais ! Plutôt mourir se disaient les forces du progrès devant cette mascarade grotesque d'un pouvoir déjà si vite aux abois!

Commenter cet article