Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bourgeoise-Bohême.over-blog.com

Sans liberté de créer et de blâmer, il n'est guère d'Eloge flatteur.Ce blog héberge les textes et photos vintage de Bourgeoise Bohême Creative common License:Le contenu de ce blog n'est pas libre de droit. Il est possible de le partager à condition d'en citer sa source. Pour toutes questions supplémentaires concernant son utilisation merci de me contacter par mail: agnesGlapeste@yahoo.fr ou sur twitter @BourgeBoheme ou sur #OccupyLaPlage

En exclu, l'appel de Cohn-Bendit! #COP21off #écologie

Publié le 12 Septembre 2015 par Bourgeoise Bohême

En exclu, l'appel de Cohn-Bendit! #COP21off #écologie

"Appel aux écologistes après l’Implosion des Verts !" Gabriel Cohn Bendit

Quand il y a quelques années j’écrivais le pamphlet « A bas le Parti Vert vive l’écologie » je ne me doutais pas que mes vœux seraient si vite exaucés.
Ce que je reprochais à la secte verte c’est d’avoir tué l’aventure Europe Ecologie née au moment de la campagne des européennes de 2009.
Nous voulions éviter la mésaventure des européennes de 1999 dont Dany avait été la tête de liste des verts et ou le soir des résultats, déjà flatteurs avec près de 10% des voix, Dominique Voynet la cheftaine des verts de l’époque avait dit à quelques proches « Et maintenant on lui paye un aller simple pour Francfort et qu’il nous foute la paix. »
Europe Ecologie n’était donc pas une liste verte. L’éviction de Dany et des non-verts dura un peu plus longtemps mais fut exécuté de façon tout aussi inexorable par les dirigeants verts dont le duo Placé Duflot.
Un petit groupe de résistants s’était formé dès le début que nous avions appelé « Les amis d’Europe Ecologie ».
A l’époque Jean Paul Besset lui-même, aujourd’hui critique sévère des verts, nous avait intimé l’ordre de nous dissoudre, il reconnait que nous avions raisons.
Pour en finir avec ce passé pourquoi les dizaines de milliers de nouveaux adhérents n’ont pu résister aux quelques milliers de verts ?
Parce que ces adhérents n’étaient pas des militants traditionnels près à passer nuits et jours en réunions de débats incompréhensibles avec l’espoir d’avoir en récompense un poste d’élu aux différentes élections ou dans l’appareil du parti.
Alors « que faire » comme dirait Lénine le maitre incontesté des adhérents du Front de Gauche qu’il soit membres du Parti Communiste ou du Parti de Gauche ?
La lutte contre le réchauffement climatique est aujourd’hui une évidence pour tous sauf pour Allègre. L’épuisement des ressources fossiles aussi, tout comme l’impossibilité d’une croissance à l’échelle mondiale telle que les pays développés l’ont connue. Pourtant rien ou presque n’avance pour changer de cap.
La contradiction pour les écologistes est la suivante : tant que les grandes formations politiques l’ex UMP aujourd’hui les Républicains, le Parti socialiste, et autres « frontistes » national ou de gauche ne feront pas de l’écologie un de leurs centres de gravité une force politique écologiste sera nécessaire.
Mais une force politique ne peut avoir comme unique axe de combat l’écologie…On peut être écologiste et être pour ou contre l’intervention militaire au Mali, on peut être écologiste et pour l’école traditionnelle en y incluant bien sur l’écologie avec des leçons à apprendre par cœur ou pour une école alternative à ce vieux modèle, on peut être écologiste et pour la retraite à 55 ans pour tous ou pour la retraite à 65 ans, enfin on peut être écologiste et européen le rêve de Dany mais on peut aussi être un écologiste souverainiste tendance Front de Gauche ou Front National….
Un ou une écologiste aurait donc le choix entre deux solutions : entrer dans une des formations politiques existantes et y renforcer le courant écolo et faire des rencontres transpartidaires . Hélas un André Chassaigne au PC, une Martine Billard au Front de Gauche, une Chantal Jouanno à l’UDI, une Nathalie Kosciusko Morizet chez les Républicains, quelques écologistes au PS tout ça ne suffit pas pour éviter le pire. Les « Amis d’Europe Ecologie » ont réuni plusieurs fois tout ce petit monde pour des débats au Sénat. Mais ça n’a pas laissé de traces…
Mais créer un parti écologiste qui ne se déchire pas sur les questions sociales ou de politiques étrangères et qui de plus ne soit pas une secte dont les dirigeants sont plus préoccupés soit de leur avenir aux élections présidentielles comme Duflot donc quitter le gouvernement, ou de leur avenir ministériel comme Placé ou Derugy donc y rentrer, est une aventure bien difficile.
J’aimerais pouvoir écouter ce vieux Rabbin qui disait à son fils entre deux solutions choisis toujours la troisième, mais je ne la trouve pas.
Et si on se mettait à plusieurs pour y réfléchir et qui sait peut-être trouver cette solution ensemble. Laissons passer les élections régionales et le désastre annoncé et mettons-nous au travail avant le désastre des présidentielles..

Commenter cet article