Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bourgeoise-Bohême.over-blog.com

Sans liberté de créer et de blâmer, il n'est guère d'Eloge flatteur.Ce blog héberge les textes et photos vintage de Bourgeoise Bohême Creative common License:Le contenu de ce blog n'est pas libre de droit. Il est possible de le partager à condition d'en citer sa source. Pour toutes questions supplémentaires concernant son utilisation merci de me contacter par mail: agnesGlapeste@yahoo.fr ou sur twitter @BourgeBoheme ou sur #OccupyLaPlage

Une après-midi à la plage de Trouville!

Publié le 29 Août 2013 par G La Peste in plage

Une après-midi à la plage de Trouville!
Une après-midi à la plage de Trouville!
Une après-midi à la plage de Trouville!
Une après-midi à la plage de Trouville!
On a loué une tente avec deux transat à la Plage de Trouville. Il fait un temps de rêve.
Je m'y installe confortablement et observe les gens sur la Plage assez cosmopolite.
D'abord c'est la dame du Tonkin qui défile sous mes yeux ébahis, d'une rare élégance dans son maillot à fleur et avec cette façon de se mouvoir sur le sable comme sur une scène tenant son chapeau à larges bords...Puis passe une fille allurée avec un borsalino et un drapeau brésilien en paréo qui me fait penser à The Girl from Ipànema.
Puis je décide de quitter mon poste d'observation et de plonger dans l'eau fraîche pleine de grosses vagues sous le soleil azuré.
Un Monsieur élégant me propose son bras pour m'aider à enfiler mes palmes et éviter de chuter dans les flots agités.Il me dit "Je suis un fusiller marin en retraite et je compte faire du kit-surf".
Dans un remerciement, je me jette à l'eau avec la planche comme un mini-surf à travers les grosses vagues.
Un peu téméraire, je nage jusqu'à la bouée jaune ou presque, assez rapidement avec mes palmes et le courant aidant et il n'y a plus que deux mouettes qui conversent sur la crête des vagues, pour me tenir compagnie.
Ivre de vent et de houle, agrippée à ma petite planche je me retourne et aperçois dans le vacarme des flots, majestueuse sur la colline ensoleillée la ville de Trouville immobile et ses maisons comme dans une carte postale et au loin sur la grève quelqu'un qui semble m'aimer et qui me fait signe de revenir.
J'irai bien jusqu'en Angleterre mais je rebrousse chemin et dès que j'ai pieds et que je reviens à la civilisation, je tombe nez à nez sur deux femmes qui se baignent toutes habillées avec leurs voiles.
Cela me fait un drôle d'effet de les voir grelotter de froids dans leurs habits mouillés au beau milieu des vagues et gesticuler gauchement, emberlificottées dans des djellabas aux couleurs sombres, parmi des baigneurs en maillot de bain s'ébrouant avec agilité.
Nous sortons de l'eau en même temps!
Les femmes voilées tremblent de froid dans leurs longues robes superposées et leurs voiles détrempés par l'eau salée et leur silhouettes sont alourdies et ruissellantes.Elles vont s'asseoir sur leur serviettes sans pouvoir se changer.
Je me demande comment elles me voient avec ma planche et mes palmes au fond ...Car nous nous scrutons et elles semblent apprécier mon regard compatissant et un peu ahuri alors que nous nous sourions mutuellement.
Après je me précipite sur la serviette.Le metteur en scène vient de débarquer, il me tend Été 80 de Duras.Je le lis d'un trait, sautant les passages avec l'enfant et la fille qui durent des heures, mais m'attardant sur l'épisode Gdansk.
Hélas il est bien loin ce temps des grands mouvements syndicalistes et ouvriers en Europe...Duras dit juste un truc assez stupéfiant et intéressant sur un État socialiste qui ne surviendrait que quand l'homme est vraiment nourri à sa faim. Et plus loin elle ajoute que les peurs imaginaires de l'avenir immédiat entretiennent le pouvoir et la main mise de l'Etat sur ses citoyens, comme si l'homme était gouverné par ses peurs et que l'Etat devait en permanence réaffirmer son existence en les entretenant.
Il est 19h le plagiste reprend son transat et enroule sa tente.
Une amie métisse époque Ibiza des années 90 avec les Guetta, débarque avec sa fille, on quitte tous la plage ivres de soleil et d'insouciance comme dans de grandes vacances!
La rentrée de Septembre attendra bien encore quelques tout petits jours!
Commenter cet article